Ils attendaient tous cela. Tout le monde en parlait dans la ville haute. Rien n’allait plus dans le secteur des Finances publiques. Un secrétaire général, haut fonctionnaire - du ministère du Budget - aurait été conduit manu militari en prison, au centre pénitentiaire et de rééducation de Makala. Il en serait sorti miraculeusement grâce à l’intervention des services Kabilaetmuzitode la Présidence de la République, sur ordre du Chef de l’État Joseph Kabila Kabange lui-même qui se serait dit «ahuri» d’une telle mesure. Il y avait à se demander si quelqu’un n’avait pas cherché à cacher des écritures.
Il se trouve qu’avant de passer à la Primature, le Premier ministre avait exercé son ministère au Budget... Cadavres dans les placards? Si rien n’a pu le démontrer, on n’en pensait pas moins... Puis, cette autre affaire de Jeeps tout terrains remises - sans qu’ils n’aient à rien payer à qui que ce soit - à une kyrielle de conseillers dont certains avaient sur papier le titre de «Vice-Premier ministre».
Si des sources parlent de 200 conseillers - et donc de 200 véhicules tout terrains -, d’autres font état de mille conseillers - et donc de 1.000 jeeps distribuées quand les voies de circulation ne sont pas réfectionnées.
Rfi, la chaîne française, en a fait ses choux gras... Nul, en l’espèce, ne lui en tiendra rigueur. Ni ne tentera de mettre en joue un média en espérant obtenir silence dans les rangs - ça ne marche pas comme ça! Et tous ces conseillers relevant des seuls services du Premier ministre Adolphe Muzito. Même le Président de la République n’en a pas autant. Lorsqu’on pose la question, la réponse tombe: «c’est le Premier ministre qui gouverne, le Chef de l’État règne...».

J.M Nzy